01 85 731 777Communication locale
Menu

Crise sanitaire : nos conseils pour votre crédit immobilier

Publié le 14/04/2020, dans News

 

Cette période de confinement peut permettre de réfléchir à son projet et de faire des simulations en ligne pour ceux qui envisagent d’acheter un bien. C’est aussi l’occasion de préparer son dossier de prêt ou encore de faire le point sur son assurance emprunteur, pour ceux qui ont déjà un crédit. Les recommandations de Ludovic Huzieux, co-fondateur d’Artémis courtage.

 

Préparer son dossier de prêt pour ceux qui envisagent d’acheter un bien

En période de confinement, les banques acceptent peu de nouvelles demandes de crédit. Leurs délais de réponses sont aussi rallongés puisqu’elles doivent faire face à une réduction de leurs effectifs. Lorsque nous sortirons du confinement, elles ne devraient pas reprendre à plein régime et traiter en priorité les dossiers déposés en février et en mars derniers, par ordre d’arrivée. Néanmoins, cela n’empêche pas les acquéreurs de préparer leur dossier de prêt pour pouvoir le déposer le plus rapidement dès la fin du confinement et gagner du temps. Plusieurs documents sont nécessaires pour monter son dossier, comme les derniers avis d’imposition, les justificatifs de revenus ou encore les derniers relevés de compte courant (voir le tableau récapitulant la liste des pièces justificatives disponible ici).

De plus, ceux qui ont un projet immobilier en tête ne doivent pas se démotiver. Les règles d’octroi de crédit pourraient s’assouplir à titre exceptionnel face à l’ampleur de cette crise. Fin 2019, le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) avait recommandé aux banques de faire preuve de la plus grande prudence dans la distribution de prêts immobiliers aux particuliers en veillant à ce que le taux d’endettement des ménages n’excède pas 33% et en ne commercialisant plus de crédit d’une durée supérieure à 25 ans. Concrètement, ces préconisations pourraient entraîner un refus de financement pour de nombreux ménages, notamment ceux qui sont en chômage partiel ou qui voient leur chiffre d’affaires chuter. Dans ce contexte préoccupant, l’Association professionnelle des intermédiaires en crédits (APIC) a donc demandé au HCSF de suspendre la mise en œuvre de ces recommandations, et d’étudier avec l’ensemble des acteurs du logement les mesures à mettre en place pour favoriser la reprise de l’activité à l’issue de la période de confinement.

 

Changer d’assurance emprunteur pour ceux qui ont déjà un prêt

Les emprunteurs cherchent généralement à obtenir le taux de crédit immobilier le plus faible possible mais négligent parfois le montant de leur assurance emprunteur. Sans être obligatoire, elle est pourtant indispensable puisqu’elle les protège en cas de décès, d’invalidité permanente et temporaire ou encore d’incapacité de travail. Or, cette assurance peut représenter jusqu’à 30 à 40 % du coût total du prêt. Rappelons que depuis le 1er janvier 2018, tous les détenteurs d’un prêt peuvent résilier leur assurance chaque année, à sa date d’échéance, sous réserve de proposer à la banque une autre assurance d’un niveau de garantie équivalent. Depuis la loi Hamon de 2014, il est aussi possible de changer d’assurance dans les 12 mois qui suivent la signature de l’offre de prêt.

Dans plus de huit cas sur dix, l’assurance du prêt est souscrite auprès de l’établissement bancaire qui le réalise. Or, les contrats d’assurance de « groupe » mutualisent les risques de décès de tous les emprunteurs quel que soit leur âge. Ainsi, les tarifs ne sont pas toujours compétitifs, notamment pour les assurés âgés de moins de 40 ans et en bonne santé. Dans le cadre d’un contrat individuel ou en « délégation », la compagnie tient compte de l’âge de l’emprunteur, de son état de santé et de la durée de l’emprunt pour fixer le montant des cotisations. Résultat, selon les cas, un assuré peut souvent réduire sa facture. Par exemple, un couple de trentenaires, non-fumeurs, emprunte 255 000 euros sur 25 ans pour acheter sa résidence principale en Bretagne. Il paiera 27 972 euros pour une assurance de groupe (hors Invalidité Permanente Partielle), contre 18 006 euros pour une assurance individuelle, soit une économie de près de 10 000 euros sur l’ensemble de la durée du prêt.

Il est aujourd’hui possible de comparer les assurances emprunteur en ligne et d’en changer si cela est plus avantageux. Pour être accompagné dans cette démarche, un emprunteur peut aussi faire appel à un courtier en crédit et en assurance, comme Artémis courtage. Pendant le confinement, tous nos conseillers financiers restent disponibles par téléphone, par e-mail, par vidéo WhatsApp ou Skype.

Les derniers dossiers

Artemis courtage met à votre disposition une équipe de professionnels dynamiques, disponibles, réactifs qui sauront vous accompagner dans votre projet immobilier.