Avis clients (707) Artemis Courtage 4.8/5
01 85 731 777Communication locale
Menu

L’encadrement des loyers parisiens

Publié le 14/08/2019, dans Guides du Crédit Immobilier

 

Depuis le 1er juillet 2019, l’encadrement des loyers dans Paris est de nouveau en vigueur. L’expérimentation effectuée pendant 2 ans (de 2015 à 2017) a-t-elle réellement porté ses fruits ? Comment réagissent les parties prenantes au retour de ce dispositif qui s’inscrit dans la loi portant sur l’évolution du logement, de l’aménagement et du numérique ? Découvrons le dans les paragraphes suivants !

Des effets questionnables

Que s’est-il passé durant ces deux années où les loyers ont été encadrés dans la capitale ? Les prix ont continué à progresser mais très lentement. D’après l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne, les loyers ont augmenté de l’ordre de 0,5% en 2015, de 0,4% l’année suivante puis se sont accrus de 0,8% en 2017. Une hausse très contenue en somme ! 

Même un contraste saisissant avec l’augmentation de 2,7% enregistrée en 2013. Oui mais…la décélération des tarifs constatée en 2014 (+1% de progression des loyers) s’est initiée avant même la mise en oeuvre du mécanisme. Revenons en arrière pour analyser l’évolution des prix sur une durée un peu plus longue, à l’époque où l’encadrement des loyers n’avait peut être germé que dans l’esprit de quelques politiciens.

Une explosion des loyers incontestable sur la durée

En neuf ans, de 2005 à 2014, le loyer mensuel hors charges a bondi de 6,3 euros au m2. En effet, il est passé de 16,3 euros à 22,6 euros ce qui représente une hausse de l’ordre de 39%. Conséquent, difficile de le contester, mais pas à la hauteur de ce qu’annonce la municipalité. Celle-ci affirme que “les loyers du parc privé ont augmenté de 50% à Paris sur la dernière décennie”.

Et depuis l’interruption du dispositif ? Les loyers ne semblent pas avoir explosé dans la capitale, loin s’en faut. Si l’inflation a connu une hausse de 1,8% de 2017 à 2018, les loyers quant à eux ne se sont appréciés que de 1,2% en douze mois. Dit autrement, si l’on déduit l’inflation, les prix moyens appliqués dans le parc privé n’ont pratiquement pas évolué dans les 20 arrondissements parisiens.

Des effets questionnables

C’est peu dire que le dispositif suscite beaucoup d’interrogations voire de défiance de la part de certains acteurs du marché immobilier. Jean-Marc Torrollion, le président de la Fédération nationale des agents immobiliers, évoque sans détour “un aveu d’échec de la politique du logement du gouvernement”. L’Union nationale des propriétaires (UNPI) qui avait réussi à obtenir l’annulation en 2017 entend bien à nouveau contester l’encadrement des loyers devant le Conseil d’Etat. Brice Cardi, président-directeur général du réseau d’agences immobilières l’Adresse, redoute quant à lui des effets pervers à l’image d’un écart grandissant entre l’offre locative et la demande locative très importante. 

Bien entendu, on entend un tout autre son de cloche du côté du gouvernement. La mesure “permettra ainsi, je l’espère, de réguler les excès et d’aider nos concitoyens modestes, mais aussi les classes moyennes, à se maintenir dans la capitale », a déclaré Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires.

éco-PTZ collectif

Guide :  Rentrée 2019-2020 : quel loyer prévoir pour une location étudiante ?
Artemis Courtage, votre courtier en crédit immobilier

Les derniers dossiers

Artemis courtage met à votre disposition une équipe de professionnels dynamiques, disponibles, réactifs qui sauront vous accompagner dans votre projet immobilier.